Critique Rec 2 et Le Diable s’habille en Prada


Disney-Paws-and-Claws-disney-2170699-1024-768

Les autorités viennent de perdre le contact avec les occupants de l’immeuble mis en quarantaine. Personne ne sait vraiment ce qui se passe à l’intérieur. Dehors, le chaos règne…La brigade d’intervention spéciale, équipée de plusieurs caméras et envoyée sur place pour analyser la situation, va devoir affronter une menace bien réelle…

CRITIQUE

Le premier REC est incontestablement mon film d’horreur favoris. Je m’attendais à beaucoup de ce second opus…

Le film démarre directement à la fin du premier. On retrouve des policiers qui entrent à nouveau dans le fameux immeuble. On suit en même temps des jeunes qui sont entrés par curiosité dans la battisse. On a donc le droit à plusieurs manières différentes de filmer, et à des dialogues très diversifiés selon les personnages qui sont mis en avant. Les protagonistes sont malheureusement très basiques et on se soucie très peu de leurs sort. L’action se met en place si rapidement qu’il nous est difficile de s’attacher à l’un d’eux. Il y a tout de même du positif, certaines questions laissées sans réponses dans le premier sont revues dans ce second épisode et on en apprend beaucoup plus sur la petite Meideros. Bravo!

En ce qui concerne le gore, il est bien moins présent que dans le premier opus. Quelques scènes par ci par la, sans grand intérêt. Angela Vidal, qui est toujours présente, rehausse tout de même le film avec une forte présence et une performance toujours aussi étonnante. Le final est quant à lui à la hauteur, même si il est loin d’égaler le premier.

MA NOTE: 13/20

le-diable-s-habille-en-prada-11560-250-400

Vingt-trois ans, un diplôme de littérature en poche, Andrea débarque à New York en quête d’un premier job, prête à croquer à belles dents dans la Grosse Pomme. On lui offre le poste d’assistante de Miranda Priestly, la rédactrice en chef d’un prestigieux magazine de mode. Mais les dessous de la mode ne sont pas toujours propres, et au contact de son incomparable patronne, Andrea découvre vite ce que le mot « enfer » veut dire…

CRITIQUE

Je suis assez friande de ce genre de comédie sympathique et sans prise de tête. Le diable s’habille en Prada fait parti de ces films que j’ai vu il y a quelques années mais qui ne m’avait pas laissé bonne impression. Il m’aurai fallut 3 ou 4 ans pour lui laisser une seconde chance, et verdict? C’est mieux mais pas toujours ça.

Meryl  Streep et parfaite dans le rôle de patronne tyran qui contrôle tout et qui donne des ordre à tout bout de champs. Anne Hathaway est forte dans son rôle de femme anodine et classique. Le duo fonctionne donc à merveille. Simon Baker est à claqué par contre, son rôle est purement insupportable…

En ce qui concerne le scénario, je trouve la première partie du film intéressante et divertissante. On en apprend plus sur la mode, sur le monde du journalisme et sur les dernières sorties fashion. Par contre, la seconde partie du film est en plein déclin. Je trouve que le film possède un côté vu et revu qui m’agace un peu. Même si les actrice portent le film en apportant de bonnes performance, ce long métrage reste classique et pas très original.

MA NOTE: 12/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s