Critique, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Tome 4


couv75241279De tous les épisodes désolants de la triste vie des orphelins Baudelaire, celui-ci pourrait bien pulvériser les records de tristesse et de désolation. Violette, Klaus et Prunille se retrouvent à la palette, où leur nouveau tuteur est le patron de la scierie Fleurbon-Laubaine. À titre d’exemple, dans ces pages, ils vont avoir affaire à une pinceuse géante, à d’abominables casseroles, à de la fumée de cigare qui parle, à un mystérieux cas d’hypnose, à des kilos de chewing-gums et à des bons de réduction. J’ai fait serment, pour ma part, de relater jusqu’au bout les misères endurées par ces trois enfants, mais ce serment n’engage que moi.

CRITIQUE

Nous voilà enfin avec le 4ème opus de la saga des orphelins Baudelaire. Voici enfin le premier livre qui n’apparait plus dans le film du même nom. Il me tardait de lire ce livre pour ainsi continuer les mésaventures des Baudelaire. Je dois dire que cet opus à la scierie ne m’a pas convaincu dans les premières pages. Je trouvais le contexte réellement bizarre et le comportement de tout ce petit monde dans cet établissement de Fleurbon Laubaine exécrable et sans émotions. Bref… Je me devais tout de même de terminer ce bouquin et finalement, je n’en sors pas aussi déçu que cela.

Le personnage phare est pour moi Klaus. J’ai adoré les passages avec l’hypnose et j’ai trouvé l’idée complètement folle. Bravo! Le fait de retrouver en duo Prunille et Violette m’a également convaincue. Je dois dire que j’aime beaucoup la relation des 2 sœurs et la voir s’approfondir de la sorte était une très bonne surprise. Je ne parlerai pas de toute cette histoire autour du Chewing-gum qui m’a parût trop tiré par les cheveux mais le reste de l’histoire concorde assez avec le style des trois premiers tome. Et puis que serait un livre sans le comte Olaf, toujours aussi prévoyant et prévisible, mais qu’est ce qu’on « aime » voir ses frasques et ses plans tordus. Il me tarde de commencer le 5ème volume.

MA NOTE: 13/20

Publicités

Une réflexion sur “Critique, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Tome 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s