TFSA #153 : Les personnages que tout le monde adore… sauf vous !


Et oui, déjà la 153ème top de l’excellent blog de Tequi. Je ne fais pas régulièrement de Top en ce moment mais ce #TFSA m’inspire particulièrement (même si je dois avouer m’être creuser la tête pour en trouver quelques uns) ). Je suis en général du même avis que la majorité. Mais voici tout de même un top (non classé):

Sans titre 20

  1. Rumpelstiltskin ou Gold, dans Once Upon a Time, tout simplement parce que je ne comprend pas comment on peut apprécier une ordure comme lui. Je pense qu’il est l’un des rares personnages que je n’apprécierais jamais.
  2. Cole Turner dans Charmed, tout simplement parce que je déteste son couple avec Phoebe et que je suis bien contente qu’elle ai fini par le comprendre elle aussi.
  3. Lana Lang de Smallville, parce que je suis une pro Lois et que je n’aime pas du tout Kristin Kreuk
  4. Damon Salvatore dans Vampire Diaries. Pour ma défense, je n’ai vu que les deux premières saisons et je dois dire qu’il m’a clairement agacé. Je n’aime pas du tout le personnage.
  5. Millicent Huxtable dans Les frères Scott, je n’aime pas du tout ce qu’elle devient au fil des saisons, et cela s’aggrave avec sa période mannequin ou elle se tape des mecs et prend de la drogue.
  6. Micro toujours dans Les frères  Scott, je le trouve niais et trop gentil et ça m’énerve. Il ne s’emporte jamais et ça devient lassant.
  7. Chuck Bass dans Gossip Girl. Alors la, je sens que je vais me faire jeter les tomates, mais depuis la première saison, je n’ai jamais aimé le garçon. Trop prétentieux et trop nombriliste.
  8. Malcolm, malgré qu’il soit le personnage principal, j’ai horreur de sa voix française et sa façon de jouer est un peu trop surjoué à mon gout.

Critique, Oscar et la dame Rose


Oscar_et_la_Dame_rose

Oscar, garçon de dix ans, séjourne à l’hôpital des enfants. Ni les médecins ni ses parents n’osent lui dire la vérité sur sa maladie. Seule Rose, femme à l’air bougon, venue livrer ses pizzas, communique avec lui sans détour. Pour le distraire, Rose propose un jeu à Oscar : faire comme si chaque journée comptait désormais pour dix ans. Elle lui offre ainsi une vie entière en quelques jours. Pour qu’il se confie davantage, elle lui suggère aussi d’écrire à Dieu. Dans ses lettres, Oscar avoue ses douleurs, ses inquiétudes, ses joies, son premier amour, le temps qui passe…

CRITIQUE

Les films dramatiques? J’en suis pas très fan, parce que je sais qu’au fond de moi je suis une ame sensible qui pleure à n’importe quelle occasion. De plus, je ne suis pas une grande adepte de film français, si ce n’est peut être de certaines comédies. Malgré cela, l’histoire d‘Oscar et la dame Rose me semblait plutôt intéressante et j’ai eu une envie soudaine de le regarder.

Commençons donc par les personnage, Michèle Laroque interprète ici Rose, une femme gueularde, ronchon et qui débite tout ce qui lui passe par la tête. Je ne m’attendais pas à la voir un jour dans un rôle comme celui-ci et pourtant, elle s’en sort pas mal… Et nous avons Oscar, un jeune garçon de 10 ans atteint d’un cancer joué par le méconnu Amir Ben Abdelmoumen. Son rôle lui colle à la peau et sa façon de jouer m’a littéralement bluffé, j’ai eu un réel coup de cœur pour ce jeune « malade » et il m’a transporté avec lui dans son combat. Sa petite voix, sa façon de parler, ses expressions.. Bref, j’ai totalement accroché. L’alchimie entre les deux est magique et la manière qu’à Rose de s’exprimer sans pitié avec le jeune Oscar est peut être déroutante au début mais se révèle être la meilleure des choses…

L’histoire parle d’elle même également. Parler à Dieu sous forme de lettres, faire comme si une journée valait 10 ans pour lui faire profiter de sa vie… le tout avec une bande son extraordinaire … Que dire? Je n’ai absolument rien à reprocher à ce film si ce n’est quelques longueurs par ci par la et des dialogues peu compréhensibles lorsque certains enfants parlent. Je ne vous cache pas avoir pleurer quelques petites larmes au final!

MA NOTE: 17,5/20