Critique, Gossip Girl, Saison 1


Suivez les péripéties de plusieurs élèves d’une école privée élitiste de New York au son de la voix amusée de Gossip Girl, blogueuse anonyme friande de secrets.

Sans titre 1CRITIQUE

Cela fait maintenant un petit moment que la fameuse série sur la jeunesse dorée a été arrêtée. J’avais regardé quelques épisodes par ci par la auparavant, mais je n’avais jamais pris le temps de m’y intéresser de plus près… Me voici donc avec la première saison de Gossip Girl entre les mains.

Pour tout vous avouer, mon coup de cœur pour cette saison 1 va à Mademoiselle Serena Van der Woodsen alias Blake Lively. Je trouve son personnage fort attachant, et malgré de « grosses » erreurs dans son passé, on sent réellement qu’elle a envie de changer. Dan est pas mal non plus dans son rôle de frère protecteur et je trouve son couple avec Serena magnifique. Sa sœur, Jenny, je ne l’affectionne pas. Un peu trop peste et prétentieuse à mon gout. Blair aussi est attachante. Je trouve que Leighton Meester s’en sort très bien, sa garde robe est magnifique et j’aime beaucoup sa voix française. Chuck et Nate ne sont pas encore important pour moi dans la série. Il en va de même pour les adultes et Vanessa sur qui je ferais l’impasse.

La première saison est assez drôle, touchante et certaines scènes m’ont littéralement transportées. J’adore l’idylle naissant de Blair & Chuck et la fin de saison a été trépidante, je n’ai pas pu lâcher mon canapé. Une première saison réussie sans grand défaut majeur pour ma part.

MA NOTE: 16,5/20

Critique, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Tome 5


couv6102754

Les orphelins Baudelaire sont envoyés en pension dans un collège afin de parfaire leur éducation. Hélas ! Les voilà placés sous la responsabilité d’un proviseur tyrannique. Avec l’aide des Beauxdraps, ils affrontent leur misérable quotidien. Parviendront-ils cependant à échapper à l’emprise de l’inquiétant professeur d’éducation physique qui les soumet à un entraînement quotidien épuisant? Quel but poursuit donc le professeur Gengis ?

CRITIQUE

Nous voila déjà au 5ème opus de la saga des orphelins Baudelaire. Juste en ayant lu ce titre, j’ai été attiré par l’histoire. J’aime beaucoup quand une école est mêlée à l’histoire.

Je dois dire que, malgré pas mal de page en plus si on le compare à ses prédécesseurs, le Tome 5 « Piège au collège » s’en sort plutôt bien avec un divertissement présent des premières au dernières pages. Le fait d’ajouter de nouveaux « enfants » est une bonne idée et apporte un renouveau à la saga. Olaf est toujours aussi méprisant et je trouve que ça tourne un peu en rond. Malgré tout, je vais m’accrocher à cette saga et terminer les 7 derniers tome.

J’ai tout de même apprécié l’histoire, le contexte dans cet internat et les péripéties que leurs à fait faire le comte Olaf. Violette, Klaus et Prunille occupe tout les 3 la même place dans le livre et aucun ne prend l’avantage sur l’autre. Bref un bon opus qui reste dans la lignée de ses prédécesseurs.

MA NOTE: 14,5/20