Critique Fast and Furious 8


fast_furious_8

Une femme manipule Dom et le fait replonger dans les activités criminelles. Son équipe se met alors à sa poursuite afin de le sauver, et empêcher un chaos mondial.

CRITIQUE

Nous voila reparti dans un 8eme opus de cette franchise qui n’en fini plus. Paul Walker n’étant définitivement plus présent (Paix à son âme), le film va t’il partir en éclat ou au contraire, continuer sur sa bonne lancée depuis une dizaine d’année? Eh ben , c’est bel et bien la seconde partie qui est au programme.

On se retrouve donc avec notre casting habituel (Vin Diesel, Jason Statham, Dwayne Johnson, Michelle Rodriguez, Tyrese Gibson, Ludacris, Nathalie Emmanuel) et une petite nouvelle qui s’ajoute à ce beau monde, Charlize Theron (en grande méchante). C’est toujours un énorme plaisir pour moi de retrouver cette petite famille, en particulier Vin Diesel, qui nous offre ici un retournement de situation qu’on attendait pas du tout. Le duo Tyrese/Ludacris est d’un humour sans faille ( comme à leur habitude) et la grande Charlize Theron nous éblouit par sa manipulation et ses yeux de tueuses. Elle est méconnaissable.

Le film débute sur une course endiablée dans les rues de Cuba avec une performance de conduite de la part de notre cher Vin Diesel… on en attendait pas moins pour une scène d’ouverture. Le métrage prend ensuite une toute autre tournure et l’on part dans un chemin totalement différent de ce que l’on connait de cette saga, Toretto (Vin Diesel), tourne le dos à sa famille pour une raison inconnue et l’on s’interroge totalement sur son comportement. Ravie de voir que la saga prend enfin une autre tournure et que l’on assistera pas aux habituels combats entre la famille de Toretto et un clan opposé. Ici c’est cette même famille qui part en éclat et je suis contente de voir un côté sombre en Toretto. Laeti (Michelle Rodriguez) à une force de caractère impressionnante et ne se pose aucune question face à la loyauté de son homme (que c’est beau l’amour).

Les scènes d’actions restent toujours aussi dantesques (mention particulière pour l’échappée de la prison ainsi que le sauvetage dans l’avion), mais il faut les prendre au second degrés, au risque d’être déçu par toutes ces exagérations. De plus, les scènes de courses qui manquaient aux épisodes précédents sont ici bien présentes et c’est un plaisir coupable de voir tout ces splendides bolides se foutre sur la gueule.

MA NOTE: 15,5/20

Publicités

Une réflexion sur “Critique Fast and Furious 8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s