Critique La fille du train


la_fille_du_train

Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un événement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

CRITIQUE

Je suis assez secouée par le visionnage de « La fille du train« . Le film s’éparpille un peu dans tout les sens, tout comme l’esprit de notre protagoniste principale, interprétée par Emily Blunt. Mélangez à ça de nombreux flashbacks dans le passé et dans le présent et vous aurez un mal de chien à suivre correctement le récit dans la première partie du film.

Le casting féminin est vraiment mis en avant dans cette narration. Emily Blunt, citée plus haut, joue Rachel, une femme paumée au chômage qui sombre dans l’alcool. Haley Bennett joue Megan, une femme enviée par Rachel(Emily Blunt), au vu de son quotidien parfait et de son couple parfait. Pour finir le trio, Rebecca Ferguson, joue Anna, la sœur de Rachel, qui aura une grande importance en seconde partie de film. Le casting masculin est quant  à lui bien en dessous au niveau des performances artistiques et on ne prendra pas la peine de faire un arrêt sur eux.

Le film se perd un peu dans son scénario mais plus on avance dans la seconde partie, plus on commence à comprendre ou le scénariste à voulut nous emmener. Malheureusement, beaucoup de longueurs et de lenteurs font perdre énormément de charme a ce thriller. Le côté sombre de l’image nous plonge encore plus dans la dépression vertigineuse de Rachel et l’on se prend de compassion pour elle tant elle parait sincère et inoffensive.

Le dénouement final avec l’annonce du meurtrier était prévisible bien que celui ci soit bien emmené et bien expliqué par les flashbacks qui ont pour une fois une grande importances. Cependant, je reste sur ma faim à la fin de mon visionnage, qui est surement dût à une incompréhension de certains passages et à un final trop vite expédié.

MA NOTE: 12/20

Enregistrer

Critique Mother’s day


mother_s_day

Après un hold-up qui tourne mal, trois frères retournent chez leur mère. Lorsqu’ils arrivent devant la maison familiale, ils découvrent avec surprise que celle-ci appartient maintenant à quelqu’un d’autre. Ils prennent alors en otage les nouveaux propriétaires et leurs invités. Peu de temps après, la mère arrive sur place avec leur sœur Lydia. Au cours de la soirée, dans un crescendo machiavélique et terrifiant, la mère cherche à prendre le contrôle de la situation.

CRITIQUE

Ce film est dans ma pile à voir depuis pas mal d’année maintenant ! Depuis peu,  je me suis remise au film de Home invasion et il était donc dans mon devoir de regarder cette « pépite dont tout le monde parle.

Ici, tout se met en place très rapidement. Les acteurs campent leur rôle de la première a la dernière minute et c’est un réel plaisir de les voir avancer dans le film. On retrouve donc dans les acteurs principaux, l’excellente Jaime King (que j’avais découvert dans Hart of Dixie) et qui dépeint ici le rôle d’une femme trompée. Ravie également de revoir Briana Evigan qui est à l’opposée des personnages qu’on lui connait. La palme de la meilleure actrice revient à Rebecca de Mornay (que je ne connaissais pas du tout) et qui interprète une « mère » stricte, droite et autoritaire envers « ses enfants ». Quelle bluffante performance! Son côté déjanté et psychotique nous épate à chaque minutes.

La grande réussite du film et non seulement dans les « méchants » qui jouent leur rôle à la perfection et avec grande minutie mais également dans les victimes, qui montrent ici leur côté égoïste ou chacune de leurs décisions ont leurs importances! Il n’y a pas de réels gentils et il y a énormément de faux méchants (vous comprendrez cette phrase quand vous aurez vu ce film). Les scènes d’attaques sont réellement violentes et le réalisateurs ne prend pas la peine de nous cacher des visages déchirés ou de l’hémoglobine à tout bout de champs (qui sont limites insoutenables, mais c’est ça qu’on aime).  Pour finir, il y a l’affrontement final, entre deux femmes (deux mères) que tout opposent mais qui ont un caractère quasi similaire en ce qui concerne la protection de leur famille.

Je reste tout de même perplexe sur les 3 dernières minutes qui pour moi était de trop et qui enlève le mot « chef d’œuvre » à ce film. Pour moi, il aurait du se terminer à l’accouchement de cette chère Beth et en finir ainsi, mais le drame à décider d’en faire autrement.

MA NOTE: 16,5/20