Critique US (2019)


3421837

De retour dans sa maison d’enfance, à Santa Cruz sur la côte Californienne, Adelaïde Wilson a décidé de passer des vacances de rêves avec son mari Gabe et leurs deux enfants : Zora et Jason. Un traumatisme aussi mystérieux qu’irrésolu refait surface suite à une série d’étranges coïncidences qui déclenchent la paranoïa de cette mère de famille de plus en plus persuadée qu’un terrible malheur va s’abattre sur ceux qu’elle aime. Après une journée tendue à la plage avec leurs amis les Tyler, les Wilson rentrent enfin à la maison où ils découvrent quatre personnes se tenant la main dans leur allée. Ils vont alors affronter le plus terrifiant et inattendu des adversaires : leurs propres doubles.

AVIS

Jordan Peele m’avait hyper convaincu avec son premier film, GET OUT, qui a carrément était mon coup de coeur de l’année 2017. C’était donc avec grand plaisir que je devais voir son second métrage, US. La bande annonce semblait correcte et toujours aussi glauque et l’envie de voir ce film était donc au maximum.

Le premier quart d’heure du film annonce le ton directement. Une ambiance bizarre, des faciès presque figés de la part des protagonistes et une image coloré sans fausses notes. Et puis arrive ces doubles maléfiques… ils sont stoïques, ont un regard glaçant et des mimiques à nous garder en haleine tout le long du film. Bon je dois quand même vous l’admettre, le métrage m’a perdu à la moitié du film, j’avais une impression de ne rien comprendre et ma frustration ne faisait que monter. J’espérais au plus profond de bonnes explications. Quoi qu’il en soit, la famille de « gentille » s’en sort plutôt bien, malgré quelques réactions spéciales du père, mais la mère, la fille et le fils sont impressionnant de réalisme. Les doubles maléfiques sont terrifiants et certaines scènes entre familles sont assez sanglantes. La musique du film m’a également interpellé, notamment l’excellent titre « I got 5 on it » de Luniz, que j’écoutais en boucle dans mon enfance mais aussi des chansons assez stridente (en particulier la première avec des voix d’enfants assez stridentes).

Arrive enfin les 15 dernières minutes ou l’on explique enfin le pourquoi du comment et se twist qui, même si il parait logique, m’est totalement passé sous le nez. Je ne l’ai absolument pas venir et j’avais la bouche grande ouverte devant mon écran, mais au moins, certains comportement s’explique rapidement. Ce film mérite bien entendu un second visionnage pour encore mieux le comprendre.

De plus, Peele nous offre une performance double, puisque l’on a d’une part cette histoire de double qui attaque mais dans un sens un peu plus figuré, un énoncé de l’Amérique actuelle (classe sociale diverse, racisme, discrimination…). Les « attaquants » font donc références aux oubliés du système américain, la classe qui n’a rien dire (d’ou le fait qu’ils soient tous muets). On y retrouve 3 types de classe. La classe très aisée (celle de la famille de Josh), la moyenne (celle d’Adélaide), et la pauvre (celle des sous sol de la ville). Puis il y a de nombreuses métaphores… les lapins, qui prônent un monde de reproduction rapide. Les miroirs, le chiffre 11:11… D’ailleurs, rien que le titre du film donne une indication, US, peut être compris doublement… d’une part le sens propre, US pour NOUS mais aussi US pour United States, qui explique déja grandement sur quoi sera tourné le film. Pour finir, je dirais que dans US, il n’y a ni méchants, ni gentils, justes des êtres « uniques » qui essaient chacun de leurs côté de s’en sortir.

MA NOTE: 16,5/20

Publicités

Voyage à Bruxelles


Du 19 au 22 juillet 2019, j’ai eu la chance de faire un long week-end en Belgique, et plus précisément à Bruxelles. Autant vous dire que le périple a été mouvementé. J’ai eu la chance de découvrir de supers endroits (et d’autres un peu moins je vous l’accorde), mais voici les différents spots que j’ai eu l’occasion de visiter.

 

  • Dans un premier temps : L’hotel Van Belles situé à Anderlecht

Un hotel vraiment sympathique avec un personnel vraiment exceptionnel. Un cout de chambre relativement bas (140€ pour 2 nuits) à quelques pas du centre ville de Bruxelles. Par contre, je dois avouer que le quartier est assez pauvre et jonché de détritus sur le sol. Par contre, l’hôtel et ses alentours proches sont très bien entretenu et les chambres sont d’un confort sans nom.

 

  • Le restaurant Manhattan Burger à Bruxelles

Ce restaurant est juste exceptionnellement bon et surtout pas cher. A deux, nous en avions eu pour 30€ avec des menus bien complet et une qualité de burger incontestable. Nous y sommes aller vers 18h un vendredi et il y avait peu de touriste à l’intérieur. Le personnel a été sympathique et courtois par contre, petit bémol pour les frites qui n’étaient pas spécialement à mon gout. Décor original et très baroque, j’ai beaucoup aimé.

 

  • Quelques lieux touristiques appréciables

Par ordre de photo: La galerie royale, assez somptueuse et grandiose avec des magasin de renom. Les décors sont magiques… par contre, attention à la foule. Le Manneken Pis qu’on à visité deux jours de suite et qui arboré le second jour une tenue traditionnelle. Également bondé à chaque visite. La grande place qui est au coeur de la ville et qui est juste magnifique avec des bâtiments immenses et des ornements magiques. Jardin du monts des arts situé au sud de Bruxelles qui n’étaient pas spécialement bondé de monde le jour ou j’y suis allé. On respire un bon air frais sous des chansonnettes d’artistes qui s’y produisent fréquemment.

 

  • La chaussée d’Ixelles

Ce quartier de Bruxelles est situé à l’extrême Sud et est apparemment très peu connu des visiteurs. En effet, nous y sommes aller un samedi matin et le quartier était vide contrairement à Bruxelles centre. De plus, la rue est nettement plus propre et les magasins pour faire du shopping sont en grand nombre (Bershka, Zara, Primark, Action, petite boutiques indépendantes…). Un gros coup de coeur pour ce joli coin.

 

  • Walibi Belgium

Nous sommes allé au parc le jour de la fête nationale belge (21 juillet) et je dois vous dire… le parc était quasi vide. Quel bonheur! Alors attention, le parc n’est pas à Bruxelles mais au Wavre (environ 35 min de route de la capitale). Etant une voisine du Walygator en Moselle et connaissant le parc comme ma poche, je me devais de faire une comparaison… et bien sachez que celui de Belgique est 1000x mieux niveau sensation forte. Nous en avons pour tous les gouts et pour tous les ages (surtout pour les grands). Les attractions sont hypers originales (grand huit pied dans le vide, rivière sauvage à l’envers, décors retourné, cinéma 4D, nombreux looping etc) et le tout pour moins de 10 min d’attentes à chaque fois. De plus, les membres du parc sont souriants et donnent envie d’en apprendre plus. Je recommande